Captive de Margaret ATWOOD - Lecturissime

Qui veut la peau de Roberto Saccado ? Chapitre 2

Si vous avez raté le début c'est par là : https://www.reddit.com/france/comments/dvjftt/qui_veut_la_peau_de_roberto_saccado/?utm_medium=android_app&utm_source=share
Chapitre 2
Atterrissage à Roissy à 22h00, il fait 3 degrés et je cours pour attraper le RER B direction Denfert (pourtant j'en viens !). Le RER démarre devant mon nez et c'était le dernier direct. A cause des travaux, le prochain s'arrêtera à Gare du Nord et il faudra ensuite prendre la ligne 4. Mon cerveau m'indique que je suis toujours en chemisette alors j'attrape un pull et je checke mes messages. C'est le désert.
J'arrive à l'hôtel à minuit, je prends deux douches l'une après l'autre, une chaude pour me nettoyer, en particulier le truc bizarre dans mes cheveux, et une froide en suivant car je suis toujours en exothermie comme un Balrog de Morgoth. Tout finit par se calmer, je suis encore dans le déni, et je m'endors d'un coup. Au milieu de la nuit, je me réveille avec un flash de souvenirs foireux, j'essaie de me persuader que c'est mon imagination qui cherche à boucher les trous, mais je ne suis ni très convainquant, ni très convaincu.
Le lendemain matin, j'ai rendez vous avec un fournisseur à la station F, je me dis que ca va me changer les idées. Effectivement, ça me distrait un moment et je suis en mode "numéro de claquettes" pour bien expliquer nos besoins, nos "use cases", nos "contraintes", je novlangue comme un startupeur du sentier et ca me détend un peu. Par contre, arrivé à la cantine, j'ai soudain deux trois flash pas cool je me tape un bad trip. Mon hôte m'interroge :
"Ca ne va pas ?"
"Dimanche soir à Milan, y'a un truc que je n'ai pas digéré, j'ai fini à l'hôpital"
"Vous aviez choisi quoi ?"
"Des fruits de mer"
"Oh oui, ca peut etre violent !"
C'est pas complètement faux, et j'ai pas envie de raconter ma vie. J'envoie un message à Milan mais je n'ai pas de retour. "Elle doit être de mauvais poil, on verra plus tard.". La journée passe dans le speed du taf, je fais des confs calls inaudibles, je découvre que des process ont été modifiés connement, je reçois des mails idiots, mais cette frénésie me maintient à flot, mon cerveau est occupé. Vers 18h, je me pose dans un de mes QGs près de Notre Dame : -"Comment ça va docteur ?" m'interpelle le patron. -"Week end compliqué, chef, je vais juste prendre un thé au jasmin." -"Je vous apporte ça à votre table habituelle" C'est idiot mais j'ai presque les larmes aux yeux. C'est le genre d'endroit oů je me sens bien. -"T'es un peu en état de choc, mon gars !" Au moins, je suis plus dans le déni. J'en ai pris plein la gueule et je commence à peine à l'intégrer.
Je passe quelques coups de fil concernant les obsèques qui ont lieu le lendemain matin dans le sud. Avec le mouvement social chez les cheminots, je me retrouve coincé à devoir prendre l'avion et ca va me couter bonbon. On est mardi soir, je sais où je vais aller, rue saint jacques, il y a un bon restau et le mardi soir, c'est Olga qui joue du piano, ca va me faire du bien.
Je suis tout seul au restaurant mais comme dans la chanson de Police : "I'm never alone … at the end of a phone". Emilie me tire les oracles à distance puis Liz me fait une séance de psychothérapie. Liz a vécu un truc bien glauque 2 ans plus tôt, une histoire bien flippante à base de GHB. L'enquête n'avance pas alors on travaille ensemble avec notre ami google et quelques oiseaux de nuit. Du coup, je peux lui déballer mon sac comme elle m'a déballé le sien quelques mois plus tôt. On peut comparer nos notes en quelque sorte. Je choisis la daurade et un petit couple s'installe a côté de moi, ils viennent de Milan. Je les aide à lire la carte et å choisir, c'est un peu ma cantine ici. -"C'est très gentil, Monsieur, merci pour tout vos conseils … vous êtes déjà allé à Milan ?" -"Oui, j'ai beaucoup aimé !" Heureusement Olga commence à jouer et mon dessert arrive. Un peu de Blues, un peu de Jazz, un peu de Bossa … Olga me jette un oeil et entame "How insensitive" … A propos de "How insensitive", toujours aucun message de Milan ?!? Pour passer un peu le temps, je sors le texte d'une chanson que j'avais commencé cet été, et j'ajoute un couplet très sombre pour achever la chanson dans le blues total.
La chanson s'intitule "La femme serpent", je sens que je vais encore changer quelques trucs mais ça vous donnera une idée : ...
La Femme Serpent (Embrun - Août 2019 / Milan - Octobre 2019)
"Peut-être que tous les dragons de nos vies sont des princesses qui n'attendent que le moment de nous voir un jour beau et courageux. Peut-être que toutes les choses qui nous font peur sont au fond des choses laissées sans secours qui attendent que nous les secourions.” Rainer Maria Rilke
J’avais croisé la route de la femme serpent, Et j’étais sans aucun doute, parti perdant, Car elle avait décidé, pour mon plus grand malheur, D’avaler d’un seul trait, mon coeur.
J’ai dû feindre la panique, pendant des heures, User de mes tactiques, de trappeur, L’emmener en forêt, dîner au bord de l’eau, Evitant ses crochets, desserrant ses anneaux La femme serpent, a un corps de rêve, Qui fait monter la sève, aux braves gens, La femme serpent, ondule dans la foule, De coqs et de poules, estivants. Au bout d’une semaine, trépidante, Elle devint enfin un peu moins méfiante, Reprenant mes esprits, sortant de ma torpeur, J’entrevis sous sa cuirasse, un coeur !
Saisissant ma chance, prudent je m'avançais, Pour pouvoir enfoncer, à travers ses jarrets, Une hampe d’argent, toute empreinte d’un charme Destiné à combattre la force de ses armes
La femme serpent, a un regard de glace, Qui laisse peu de place, aux sentiments, La femme serpent, dès qu’elle se lasse, Retourne dans l’espace et délaisse son amant.
Au lieu de se défendre, elle prêta le flanc Et soudain se fendit sa peau de crocodile Laissant apparaître avec des airs fragiles La princesse éthérée d’un royaume d’orient
Il suffisait une fois d’agir avec courage, Pour briser le sortilège qui la tenait captive, Dans un rôle effrayant, en attendant que vivent Les doux mots de Rilke, sur son visage La femme serpent, sous la chaleur se love, Testant d’un bout de langue, de grands vins, délicats La femme serpent, qui en amour innove, Offrant sa peau ambrée au goût de paprika
Au réveil cependant, je constate incrédule La marque des crochets et l’effet du venin Nombreuses, les vipères ont fait un vrai festin Dans cet hôpital blanc, les victimes se bousculent
N’ayant eu le courage d’affronter son destin De faire les bons choix, de forcer sa nature Contrainte, elle retombait dans sa caricature Obéissante ainsi aux ordres du malin
La femme serpent, n’a laissé qu’une mue En guise de souvenirs et d’avertissements La femme serpent, finira dans la rue Minée par les regrets et les ressentiments
A suivre
submitted by vinglat to france [link] [comments]

Magic The Gathering Arena Deck 26: Les Jetons !

Khunrath's image does indeed show an “androgyne” – i.e. a figure with two heads – who has “solve” and “coagula” on its arms; it is in his Amphitheatrum sapientiae aeternae, Hamburg, 1595 (online).Where the Church saw abomination, Levi saw harmony, balance, and inclusiveness, embracing all of the four elements and both sides of the Tree of Life (of which Chesed, or Love, on the ... It has been already twelve years that a certain Quatuor (Quartet) inhabits my mind and by an inexplicable force this music makes me move near, very near, and far, very far, inside myself. These continuous swings touch me deeply; I am captive in your special vessel braided with magical strings, like a celestial net thrown into a sea of sound. Like a curious painter, you allow us to penetrate ... Captive (Alias Grace) mini série. Au 19e siècle, Grace est condamnée à perpétuité pour le double meurtre du propriétaire et de la gouvernante de la maison dans laquelle elle travaillait comme bonne. Son complice, un homme à tout faire, a perpétré les meurtres et Grace est accusée de l’y avoir poussé. Portée par des amours tantôt déchus, tantôt embrasés, comme une vie en ellipses déconstruites, Camaromance – alter égo de Martine Groulx – prend à témoin l’auditeur pour l’entraîner dans la fresque éthérée d’un cœur heurté, puis illuminé par cette voix, perchée sur les astres, qui en émerge et l’enveloppe. Et si les racines punks sont intrinsèques à la ... Beauté éthérée. Tableau. ... une pièce qui inspire et captive. Quelle est belle cette lumière, et chaque ligne crée un jeu de couleur simple inhabituel! Votre aventure avec la beauté commence de cette façon, vous la méritez pleinement. Ce charme sera avec vous tous les jours, c'est une bonne nouvelle n'est-ce pas? ...

[index] [2724] [1087] [6102] [164] [7265] [7107] [1910] [5944] [4405] [3082]

Magic The Gathering Arena Deck 26: Les Jetons !

Deck 4 Joie des compagnons (ELD) 198 4 Sonner l'alerte (M20) 34 2 Liliana, générale de la Horde de l'effroi (WAR) 97 2 Étendues sauvages en évolution (M20) 246 2 Passage merveilleux (ELD) 244 ...

http://forex-brasil.info-forex.de